La faune du massif de Belledonne

Màj 27/11/03
©Belledonne38


 
Sommaire : Les classiques Le Loup L'Ours

La faune de Belledonne est trés riche car si on y trouve les animaux communs de nos montagnes (marmottes, chamois (~1200), bouquetins, cerfs, chevreuils, ...) on y trouve également des animaux beaucoup plus rares en France (Lynx, Tétra lyre et Loups).

 


Les "classiques"


 L'Araignée des pierriers

 La Marmotte : au guet à l'entrée de son trou.

 Le Bouquetin réintroduit


 

Le Chamois : commun mais farouche.

Le Faon  : à ne pas toucher car votre odeur fera fuir sa mère.

Retour au sommaire


Le loup

Un loup de Belledonne a été découvert le 19 Novembre 2000 à Allevard dans une présentation macabre digne du film des "Rivières poupres" : suspendu sanguinolent par les pattes arrières à un arbre.

Un tel acte barbare de provocation montre l'extrême passion qui anime le débat autour du loup.

Réapparus récemment dans Belledonne, les loups redeviennent l'animal emblématique qu'ils ont été pendant toute l'histoire humaine. Il faut cependant noter qu'ils ne portent pas toujours le même emblème.

La querelle du loup dans Belledonne est souvent vue au travers des questions suivantes :

J'espère que les éléments donnés ci-dessous vont contribuer à ce que chacun puisse se faire une idée ou puisse nuancer ses réponses.

Les réactions de l'homme à travers les ages

Une phase : on l'aime : Avant l'avènement du christianisme, le loup était un animal proches des dieux. Thor possédait un ours et un loup qu'il lançait au plus fort de la bataille. Gengis Khan était un "fils du loup". En ces temps, l'homme se considérait comme une partie de la nature, il n'y avait pas de dichotomie entre lui et l'animal. On admirait le loup pour sa force, son extrême adaptation. 

Une phase : on l'aime pas : Un des dogmes du christianisme est la forte séparation entre l'homme et les animaux. Etre un enfant de loup devient alors une hérésie. Le loup devient une manifestation du diable. Le chasser est une oeuvre religieuse. Les habitants des endroits où le loup prospérait était considéré comme des hérétiques. 

Et aujourd'hui ? Un sondage en 1975 donne 75% des français pour la réintroduction du loup en France.
Le jeudi 6 novembre 2003 on pouvait lire dans la presse suisse le sondage suivant :
    Le loup est aux portes de Genève. Que faire ?
        Rien. C'est un animal libre et protégé : 73.65%
        Le capturer et le relâcher dans les Alpes : 7.86%
        Le laisser mais prendre des mesures pour la sécurité des moutons, notamment : 12.11%
        L'abattre tout de suite : 6.38%


Les opposants à sa réintroduction

Les éleveurs

Comme tout animal, le loup chasse les animaux les plus faciles à tuer. Les grands troupeaux non gardés sont donc une cible de prédilection. Une étude en Italie a montrée qu'au dessus de 500 bêtes, les risques d'attaques croissent très rapidement. Il faut donc disposer de troupeaux de taille moindre (2300 bêtes au collet d'Allevard) et de bon chien de garde (Patous des Pyrénnés). Ceci est évidement vu comme une régression sans compter le coté financier.
Propos du berger du chalet de Tigneux cet été : "Cet automne, on fera une battue pour éliminer les loups.".

Les chasseurs

Le loup est l'ennemi du chasseur car il se pose comme son concurrent direct. En effet, situé en haut de la pyramide d'alimentation, il est un régulateur des troupeaux de chamois et chevreuils (il tue les bêtes malades, âgées, ...) or le chasseur utilise souvent cette argument de régulation pour justifier la chasse.
Propos d'un chasseur croisé vers le Rognier cet été : "Je viens de voir un loup, faites attention à votre enfant"..."Il faut les éliminer car ils tuent notre gibier".

Les opposants à l'Europe.

La réintroduction du loup se fait naturellement depuis l'Italie, et sa chasse est interdite par la convention de Berne sur les animaux sauvages qui a été ratifié par la France . Les opposants au système européen voient ici un bon moyen d'affirmer leur opposition. On retrouve entre autres les éleveurs et les chasseurs qui sont les deux parties de notre sociétés qui pâtissent le plus de la politique européenne (ouverture des marchés, montée de l'écologie).

Quelques sujets en vrac

Le loup mange les hommes et surtout les enfants
Fortement ancrée dans les esprits, cette idée trouve son origine dans le moyen age. En ces temps de guerre où les cadavres des champs de bataille n'étaient point enterrés, le loup trouvait là une nourriture facile. Elevés ainsi à la chair humaine et placés dans un milieu où les gens étaient très vulnérable, des attaques par des animaux sains sur des hommes isolés se sont produites. Il suffit d'imagine la proie facile que pouvait être un berger de 14 ans complètement isolés dans la montagne (la vrai par les ersatz qui nous restent). Le fléau de la rage, dont le loup est un bon vecteur, a également participé puisque une morsure même bénigne suffisait à provoquer la mort.
Aujourd'hui, dans un pays comme le Canada où le loup n'a jamais disparus et qui doit compter plus de 2000 loups, on a enregistré sur 100 ans, 2 attaques par des loups enragés (la rage n'est pas présente dans les alpes française).

Pourquoi la querelle sur réintroduction ou repeuplement naturelle ?
Un des sujets le plus souvent abordé est la cause de la réapparition du loup dans nos massifs. Les opposants soutiennent qu'il s'agit d'une réintroduction, les associations de nature, qu'il s'agit d'une recolonisation naturelle à partir de l'Italie. En effet, la convention de Berne qui légifére la protection du loup est effective sur les animaux purement sauvages : si le loup a été réintroduit artificiellement, les municipalités peuvent décider l'abattage sans enfreindre la loi ...

Les loups sont partout.
La population de loup en France est estimée à une vingtaine de loup (4 meutes dans le Mercantour).
En italie, on compte 500 loups et plus de 1800 en Espagne.
En france, entre 1818 et 1829, les louvetiers (organisation nationale de chasse au loup) avaient abattus 18709 loups.

Le braconnage
Aujourd'hui, le braconnage du loup est indéniable.
Dans les Alpes Maritimes : un loup a été empoisonné et un autre abattu par balles
Dans Belledonne : un loup tué par balle et peut être un autre (non retrouvé).

L'assentiment des municipalités et organisation agricole
Les municipalités ou organisation agricole ont souvent des propos où des actes qui sont loin de réprimer ces actes hors la loi.
Ainsi les déclaration suivantes lors de de la tuerie du loup dans Belledonne:

Que penser aussi des municipalités qui donne le droit d'abattre les animaux errants, donnant la possibilité d'utiliser le prétexte de confusion entre un chien et loup.
Le 21 novembre 1999, des éleveurs des Alpes Maritime organisent une battue illégale soutenue sur le terrain par des élus.

Des expressions sur le thème du loup

Bibliographie

"L'ABCdaire du Loup"         G.Carbone, G.Le.Pape           chez  Flamarion
"Des loups et des hommes"       D.Bernard       chez  De Borée

 

Liens sur le théme du loup

Biblographie sur le loup et l'ours : http://www.univers-nature.com/dossiers/predateur/biblio.html

Dossier de l'assemblée nationale sur le loup : http://www.assemblee-nationale.fr/12/dossiers/loup.asp

Des infos, sondage, réunions, manifestations sur le loup : http://www.hurlements.info/spip/breve.php3?id_breve=42

Des articles de la presse sur le loup : http://www.hurlements.info/spip/breve.php3?id_breve=58

L'association Loup France :

 

Retour au sommaire


L'Ours

Le massif de Belledonne a vu disparaître les derniers ours des Alpes (le dernier a disparu dans le Vercors).
Belledonne et la Lauzière étaient un dernier coin vraiment sauvage où une espèce endémique avait pu survivre.


Je vous conseille vivement de vous procurer le livre

"Les derniers Ours de Savoie et du Dauphiné" par Bernard PRETRE aux éditions de Belledonne.
Vous y trouverez pleins d'histoire sur la disparition de cet animal de nos régions.
Je me suis permis d'en extraire quelques citations pour vous encourager à le lire en entier.

 

L'ours exterminé par les chasseurs : comme le loup, l'ours a été exterminé à la fin du siècle dernier et c'est bien les chasseurs qui en sont la cause.
Nb d'ours dans Belledonne : 70  en 1800,  12 en 1860, 2 en 1920 (disparition)

Réintroduction : il ne sera pas possible de réintroduire l'Ours dans nos régions. En effet l'espèce s'était totalement adapté pour survivre avec les maigres réserves de la région. "Notre ours était petit (120 kg) , frugivore ou carnivore partiel très adapté à un monde habité qui l'a pourtant si mal traité".  De plus l'ours a besoin de beaucoup d'espace pour sa quête incessante de nourriture et ce qui semblait déjà limite au début du siècle est évidement aujourd'hui largement insuffisant.

Je retranscris ici une partie de l'aventure de la disparition du dernier ours de Belledonne.

"Le Dernier Ours des Hurtières" propos du Père Rosset recueilli par Roger Girel:
"ce matin là, la couche de neige atteignait environ 80 centimètres. Quelle ne fut pas notre surprise, en mettant le nez au dehors, de découvrir tout prés de la maison des empreintes énormes et plus larges que le sabot d'un cheval. Jamais je n'avais relevé semblables traces dans la montagne. Intrigué, j'essayai de les suivre. Elles longeaient d'abord le lit du ruisseau, puis le chemin du hameau des mouches, et enfin se perdaient dans la pente très raide de la montagne, presque inaccessible aujourd'hui en raison de l'épaisseur de la neige. Je compris tout de suite que j'avais à faire à une sorte de colosse encore inconnu dans la haute vallée des Huiles. Je courus avertir mon frère Pierre et mon camarade Léon Pilet, chasseur acharné au hameau des Mouches. Tous deux furent stupéfait par les dimensions et la forme de ces curieuses empreintes. Et d'un commun accord, nous décidâmes de nous lancer, sans perdre de temps, sur les traces du mystérieux animal." ... "C'est avec d'énorme difficulté que nous parvînmes à escalader la pente abrupte qui conduit à la crête de la montagne d'où l'on domine la vallée de la Maurienne. L'ascension dura bien une bonne heure et souvent nous dûmes utiliser nos cordes pour progresser. Tout à coup, Léon Pilet qui marchait en tête, vit surgir devant lui une étrange silhouette. C'était un ours brun de belle taille et à l'épaisse fourrure toute ébouriffée. En un clin d'oeil il épaula et il fit feu. Mais, ô stupeur, l'animal parant la décharge qui lui était destinée, fonça brusquement dans ma direction. Il me frôla, tel un éclair, avant que j'ai pu esquisser le moindre geste de défense. Faisant une brusque volte-face, je tirai à mon tour sur la bête qui était à 20 mètres de moi dans la descente. Elle culbuta, mais se releva presque aussitôt. Je pressai une seconde fois la détente. Nouvelle chute, nouveau rétablissement. Rechargeant nos fusils, nous fîmes feu tous les trois, à plusieurs reprises. L'ours cabriolait dans la descente en perdant son sang en abondance. Parvenu au bord du ruisseau, il s'assit péniblement au pied d'un arbre et me regarda droit dans les yeux. Je le visai alors en pleine tête et il tomba foudroyé.
"C'était une femelle d'une centaine de kilos, aux dents complètement usées. Nous l'attachâmes aussitôt avec nos cordes pour la tirer à la ferme de la Culaz
."

Je vous laisse lire la suite dans le livre; il y est question de héros, de péage pour voir la bête au marché, de tournées au bistrot  et de gendarmes que l'on berne...
On est frappé dans ce texte qui débute par un colosse mystérieux et qui finit par la mort d'une vieille femelle édentée ... banale et triste histoire de chasseur bien plus menteurs que les pécheurs et qui tirent dans le dos des animaux en fuite !

.

Les lieux mémoires de Belledonne :
- L'Oursière (Allevard)
- Chalet de l'Ourselle (St Colomban)
- Cascade de l'Oursière (Uriage)
-  Plan de l'Ours (Veyton)
 

Liens sur le théme de l'Ours

Biblographie sur le loup et l'ours : http://www.univers-nature.com/dossiers/predateur/biblio.html

Retour au sommaire