Grand        Brèche
                    Pic       Reynier
                                     
  Dans la dalle                                   L'arc boutant : la dalle qui arrive à la brèche Reynier.                      Bivouac au lac blanc

Présentation

Point culminant de la chaîne de Belledonne, il offre dans son versant nord, outre quelques voie très dures (la Rébuffat ou la directe NW) une très belle voie difficile, sauvage et en bon rocher. Du sommet, la vue est extraordinairement aérienne et étendue. Pour la descente, on peut prendre la voie normale, à moins que l'on souhaite faire la traversée des trois pics. Dans les 2 cas, on consultera le topo de la traversée des 3 pics (en construction ...).

L'Arc boutant :  D   200 m

C'est au cours d'une tentative à la directe NW que, après quelques frayeurs, nous étions sortis au sommet par cette voie. A l'époque, ne la connaissant pas nous l'avions surnommée l'Echappée. J'ai retrouvé sa description dans le livre "Escalades choisies" de Félix Germain (introuvable mais photocopiable au CAF de Grenoble).

Le rocher est dans le haut franchement excellent, mais la base est en éboulis assez raides où il faut bien louvoyer pour passer au mieux.
L'ambiance est austère et sauvage. Notre première tentative à la directe NW se passait en novembre. Nous avions fait demi-tour sous les chutes de neige à la nuit tombante en haut du socle. Vous pouvez me croire qu'à ces moments là, Belledonne prend une dimension que l 'on ne soupçonne pas lorsqu'on se ballade l'été, par beau temps, au lac du Crozet ...
La voie est très peu équipée (2 ou 3 vieux clous), coinceurs et friends se placent bien, mais il vaut mieux emmener quelques pitons.

Carte IGN  3335 ET -  Bourg d'Oisans

Approche

L'Arc boutant

Gravir au mieux le socle (bien repérer lorsque l'on prend pied sur le plat du glacier). Atteindre ainsi la gauche du pied de cette échine qui soutient la bréche Reynier à l'endroit où elle s'insère dans la face NW du grand pic.
Quelques gradins conduisent à une dalle de 5-6m que l'on gravit vers la droite. Encore quelques gradins puis on suit une vire vers la droite pour atteindre la base d'une fissure cheminée de 15m. Remonter cette dernière (1 vieux piton). Puis gravir l'échine par la magnifique dalle à gauche (2 lgs, 4/5). On atteint ainsi la brèche Reynier.
Descendre alors versant Allemont (30m env.) puis tirer franchement à gauche vers le grand pic afin d'atteindre la base d'un couloir pourri mais facile qui mène au sommet.

Descente

On suivra soit la traversée des 3 pics soit la voie normale sur le col de la Balmette.

Histoire

Première ascension :  inconnue mais avant 1931 ...