Présentation

Cette voie se déroule dans la face nord du Grand pic de Belledonne

Je n'ai pas parcouru cette voie, mais je vous retranscris ce topo écrit par G.Rébuffat dans "Alpinisme"  Déc. 45.

Vous pouvez également aller consulter le topo de voie de la directe.

Carte IGN  3335 ET -  Bourg d'Oisans

Christian Trassy m'a écrit :
"En 1975 on ne trouvait que 2 ou 3 pitons. La longueur d'artif pouvait passer avec 5-6 pitons et était au maximum A1/A2 (mais les pitons avaient fait des progrès en 31 ans !). Je n'avais pas trouvé de passage horribles en libre, et la rocher m'avait semblé tout à fait correct (mais les critères de l'époque ...).
L'ambiance est belle, assez sauvage bien que la face ne soit pas haute.
"

Philippe Baltardive m'a également envoyé un article de Sergé Coupé (format Acrobat reader) qui raconte une montée express de la voie.

Approche

Du parking supérieur (1336 m) du pont de la Betta (atteint depuis Brignoud via Prabert), remonter le sentier vers le pas de la Coche.
En arrivant sous le pas (épingle la plus au sud, 1870m env.), quitter le sentier pour s'engager vers le Sud dans le cirque que l'on traverse (cailloux casse pattes) pour gagner le pied de la face à l'aplomb du sommet (1h30 - 2h).

Description

Gravir les deux barres rocheuses séparant les terrasses d'éboulis qui forment le socle de la paroi.
Monter légèrement à droite par quelques rochers faciles jusqu'au pied d'une grande écaille détachée de la paroi.
Traverser le sommet de l'écaille vers la gauche pour s'élever sur une dalle verticale haute de 5 à 6 mètres (V) et atteindre une bonne plateforme.
Revenir légèrement à droite par quelques rochers faciles, puis à gauche et atteindre une petite plateforme.
Gravir un dièdre en escalade artificielle (10 p, étriers de corde) jusqu'a son sommet (1p en place ..., artificiel très difficile).
Traverser à gauche de 4 m (VI) pour aller dans un deuxième dièdre fissuré avec un bloc coincé à sa base (IV). En sortir à gauche et par des rochers raides; mais faciles, gagner le sommet du dièdre (léger surplomb).
Quelques gradins moins difficiles puis une traversée ascendante à gauche amènent au pied d'une plaque verticale aux prises arrondies que l'on gravit (courte échelle au départ, VI). Prendre à gauche des blocs coincés rouges (IV) un gros bloc à leur sommet sert de point d'assurance.
Quelques gradins vers la gauche, une petite dalle inclinée (IV) puis, vers la gauche encore une vire très aérienne conduisent à un couloir cheminée que l'on traverse et dont on gravit le coté gauche.
Monter sur 2 ou 3 longueurs de cordes par des gradins faciles en mauvais rocher puis revenir à droite par des grandes plaques grises de rochers solides pour déboucher sur un avant sommet à une longueur de corde au NW du vrai sommet.

Descente

On suit par la voie normale qui après avoir pris vers le N-E revient sur le col de la Balmette.

Histoire

Première ascension : 26 juillet 1944 (M.Chevalier et le guide G.Rébuffat)
Horaire de la première ascension : La Pra 6h -  pied du socle 8h-8h30  - Base de la paroi 9h15  - Sommet 14h45-16h   -  Retour à l'attaque 17h-15
Les commentaires du maître : "Très raide d'inclinaison générale donnant des impressions de vide extraordinaire. L'escalade a été faite en espadrilles".