Col de la                       Aig de la          Pte          Coup de          
Combe                          Combe      Elizabeth    sabre            

Présentation

Ces 2 pointes se situent dans le secteur des Aiguilles de l'Argentière qui domine le col du Glandon.
La pointe Elizabeth offre depuis le Coup de Sabre du Pigniollet, une belle voie (D-) d'une centaine de mètres : l'arête Est. On continue ensuite par une belle traversée aérienne (AD) jusqu'à l'aiguille de la Combe. La descente est ensuite facile pour gagner le col de la Combe.

Ayant parcouru cette voie début juillet 99 après avoir lu le topo de F.Germain, je vous fournis ici une description.
Il est possible de la coupler avec l'ascension de l'aiguille Capdepon. Pour ceux qui veulent bivouaquer, il trouveront un bon emplacement dans la combe d'approche vers 2150m (herbe grasse), au dessus l'eau est dure à trouver.

Le rocher est bon dans la montée à la pointe Elisabeth, un peu moins bon dans la traversée, et ruiné mais facile dans la descente.
Les 2 premières longueurs de la pointe Elizabeth sont très belles dans l'ambiance austère des grandes brèches.

Il y a des clous (9) dans les 2 longueurs dures de la pointe Elizabeth, coinceurs et friends complémentent facilement l'équipement. Au niveau matériel à emporter, les clous ne sont pas utiles mais bon .... on se munira d'un bon jeu de grandes sangles pour progresser en sécurité dans la traversée vers l'aiguille de la Combe.

Grimpable dés le mois de juin (descente rapide par les névés)

Carte IGN  3335 ET -  Bourg d'Oisans

Approche

Du parking du col du Glandon, remonter vers le col de la Combe. Avant le col, sur la droite, on voit une échancrure : le coup de Sabre du Pigniollet que l'on gagne par un névé raide.
(1h30)

Description

Pointe Elizabeth    Arête E
De la brèche, remonter verticalement quelques mètres puis prendre en oblique vers la gauche (1p avec cordelette). Franchir une fissure (4) puis remonter une vire très déversée ascendante à droite (2p). A son extrémité (piton folklo), franchir tout droit un bombement pour se rétablir à droite sur une plateforme (R1, 2p avec sangles).
Suivre un râteau de chèvre ascendant à gauche (4, 1p) et atteindre ainsi le pied d'une dalle. Suivre alors une fissure qui rejoint l'arête (2p). Continuer légèrement à droite du fil par un dièdre, puis dans le haut par une dalle qui mène sur l'arête principale à une brèche (R2).
Remonter alors facilement une zone trés fracturée vers un gendarme jaune. Le passer par la gauche et après une brèche, atteindre le sommet.
(1h à 1h30)

Traversée à l'aiguille de la Combe   Arête E
Suivre un peu l'arête, puis descendre des gradins versant nord (bons becquets) puis revenir vers la gauche pour atteindre une brèche sur l'arête. Passer alors versant sud et cheminer au mieux à flanc (1 anneau de corde). Passer ainsi sous une brèche et continuer à traverser pour atteindre un couloir herbeux. Remonter alors tout droit jusqu'à l'arête (herbeux au début, puis blocs). Suivre alors le fil de l'arête en passant plusieurs gendarmes (jolis passages aériens) puis remonter l'arête arrondie jusqu'au sommet.
 (40' corde tendue, sinon 1h à 1h30)

Depuis le sommet.
           
           L'arête et la Capdepon                                        L'Etendart, Grand maison et la Joseph Gaillard

Descente

Descendre vers le col de la combe (SW). Vers la fin, l'arête devient verticale, il faut prendre à droite dans la face W et par un jeu de vire (cairn, 1 pas délicat) atteindre la brèche N du col de la Combe. On passera versant N pour atteindre le vrai col de la Combe (20').
Plonger alors dans son versant sud et après un début délicat (gare aux pierres !) suivre au mieux les névés pour regagner le parking (50' en début de saison, 1h20 plus tard).

Histoire

Première ascension :  
    - Arête E de la pointe Elisabeth  :  19 juillet 1943    C.Lallement et Laurent
    - Arête E vers l'aiguille de la Combe : 16 mai 1909   Elisabeth Capdepon, J.Capdepon, et E.Piaget.
    - Voie de la face W  :  27 juin 1908    E.Deplasse