L'arête à grosses prises                                                        Le ressaut à la tache jaune

Présentation

AD
Approche 2h - Ascension 2h-2h30 de l’attaque au sommet -Descente 2h
Un joli ressaut de départ puis une belle arête.
Orientation SE : au soleil dés le matin.
Engagement minimum : il y a des échappatoires tout le long de l'itinéraire.
Le rocher est très bon : bien que fracturé, il est solide.
Les pitons sont inutiles :  coinceurs friends et sangles font merveilles et sont faciles à placer.

En résumé : une voie rocheuse facile, courte, en bon rocher au soleil.

Carte IGN : Le Bourg d'Oisans. l'Alpe d'Huez   3435 ET top25
Le nom "Signal de Vouterey" n'est pas indiqué sur la carte, c'est le point coté 2498m au nord du col de l'Aigleton.

Approche

La voie se situe en rive droite du couloir qui permet l'hiver de monter à la Dent du Pra depuis le col de l'Aigleton.
Monter à Prabert depuis Brignoud et continuer la route forestière de la Betta et se garer à la fin de la partie goudronnée. Prendre alors le sentier de la cime de la Jasse. Passer le Habert d'Aiguebelle (couchage possible, gardé l'été) et continuer le sentier jusqu'au panneau "Jasse-Vouterey" Prendre alors le sentier de droite et le quitter après 10 minutes pour tirer vers la droite et ainsi remonter un couloir (on retrouve un sentier) qui permet d'accéder à la combe de l'Aigleton puis au col du même nom (il faut éviter la voie d'hiver car elle se déroule dans une casse impraticable l'été). Prendre alors horizontalement sur 80m plein nord (à gauche quand on arrive) pour gagner le pied du premier ressaut juste avant le couloir de descente.

Description

L'attaque exacte se situe 5m après le fil de l'arête, au pied d'une fine  fissure qui se sépare en 2 et forme ainsi un V (cf photo).

Attaquer direct et passer le V (4), tirer à droite et remonter un dièdre (4) qui permet d'accéder au fil d'un éperon. Remonter alors un couloir herbeux sur 20 m (facile et très sur) pour aller faire relais à droite sur un excellent bloc (prés de lames vibrantes).

Reprendre à gauche et franchir une belle dalle puis quelques rochers fracturés pour gagner le pied d'un ressaut rouge : c'est le crux. Le franchir par un mouvement tournant gauche puis droite (5-, excellentes et nombreuses protections). Continuer 10 m facile pour faire relais. (On peut sans doute éviter le crux par la droite).

Continuer très facilement par l'arête  et gagner ainsi le haut de l'éperon (relais).

On remonte à pied vers l'arête, au passage ne pas manquer une belle dalle d'une dizaine de mètres en 3/4, et on accède au pied du premier gendarme.

 


L'arête vue du sommet du ressaut  (premier gendarme à gauche, sommet à droite)

Franchir ce premier gendarme ou l'éviter par la gauche.

Le deuxième gendarme se franchit par une magnifique arête à grosses prises (3+), redescendre derrière (délicat).

On continue l'arête facile et on accède au pied d'un ressaut sans doute difficile si on le prend de sa base. En remontant sur 5m le couloir herbeux à droite, on accède au pied de belles dalles qui permettent d'accéder au sommet du ressaut  (3+).

Continuer facilement l'arête, une petite descente mène au pied d'un ressaut raide (grosse tache jaune de lichen). Monter en traversée ascendante à droite vers une une touffe d'herbe. Derrière un passage facile permet d'accéder à une large fissure que l'on remonte pour arriver au sommet du ressaut (3+). 

Suivre l'arête facilement et accéder à la brèche au pied du ressaut final. Ce ressaut se gravit par la droite puis par le fil de l'arête (quelques blocs branlants) et on atteint ainsi le sommet.

Descente

Soit continuer la traversée facile vers un collu puis on descend à droite (ou on finit à la dent du Pra ...). On peut aussi retourner à la brèche au pied du ressaut final et descendre facilement dans la combe. Descendre sans difficultés cette combe pour retrouver l'attaque de la voie.

Ascension :

Parcouru le 19 juin 2004 par Frédérique Bunoz et Xavier Dorel. 
Le nom de "Plume" vient de l'averse de  grésil qui nous a accompagné lors du dernier ressaut et d'un espoir (déçu) de trouver une plume d'aigleton !
Rq : le nom de "Signal de Vouterey" est également totalement imaginaire.