Cette voie se déroule en face Est de la créte du Pin
Cette créte se déploie entre le Pas de Coche et le Pic du Pin.
Elle fait l'objet d'une course d'arête facile et interressante.
La voie présentée ici permet de rejoindre l'arête vers son premier tiers (juste avant le Pas du Pin) et on peut donc continuer par celle-ci pour prolonger la course. Les plus courageux continueront par le col de l'Aigleton puis la voie Plume.

Accès :  Gagner Prabert puis le parking au terminus aprés celui de la Betta.
Suivre le sentier et gagner le pas de la Coche.
Prendre alors le sentier à gauche qui va vers le col de la Vache.
Le sentier descend puis remonte en passant sous un premier éperon puis sous un second.
Il traverse alors un pierrier (chute de pierres fréquentes).
10m avant la fin du pierrier, quitter le sentier et monter droit vers le pied de la face à l'endroit où elle descend au plus bas.
L'attaque se situe sur cet éperon (gros cairn au pied, premiers points visibles).
(1h30)

 

   

Voie Coup de Chaud

clic ici pour
le topo grand format

 


Rhodos sous R6
(ph: Boris Stephan et Vincent Lobry)

D 280 m

La voie est équipée (goujons de 10) engagée dans le facile et protégée dans les pas durs (7pts max par lg).
Tous les relais sont équipés de 2 points et sont spacieux.
Prévoir corde à 45,  7 dégaines et une grande sangle pour le dernier relais.
On peut compléter l'équipement à l'aide de coinceurs et de friends.

Le rocher est compact et il y a quelques zones de bruyéres tenaces (trés belledonnien)
La deuxième partie se déroule dans une zone plus cassée mais la voie parcouru reste dans du bon rocher.
La voie n'a pas été aseptisée, on évitera donc de tirer n'importe comment sur n'importe quoi.

Cheminement

Remonter l'éperon avec un pas au départ (4a) puis facile (relais sur une belle terrasse (R1).

Remonter un mur en écharpe vers la droite (pas délicat 5c) puis sortir par un autre pas délicat (5c) sur le sommet de l'éperon (R2).

Franchir 3 m de bruyére puis un petit mur délicat (5b) pour accéder à un trés beau dièdre.
Remonter le diédre et sortir à gauche sur un feuillet décollé, continuer droit, légérement à droite pour atteindre le sommet de ce deuxième éperon (R3).

Partir à droite dans une petite dalle, continuer vers la gauche en franchissant de grands blocs, Remonter une conque herbeuse et franchir un mur, Remonter dans la conque qui se couche (R4).

Remonter tout droit, facilement, la zone herbeuse pour atteindre le relais (R5).

Franchir un petit surplomb, puis partir en ascendance à gauche dans une superbe dalle. Atteindre une fissure, la remonter, passer une zone fracturée par la droite (sangles et friends complémentaires possibles). Revenir à gauche pour passer sous un sapin et franchir une arête. Franchir 2m de bruyère bien raide (point sur bloc pour protéger) et sortir à droite pour gagner le relais sous un auvent (R6).

Partir à gauche vers un couloir, franchir une fissure et reprendre à droite par un pas athlétique (5b/c) pour monter sur l'arête. Remonter la dalle puis au dessus franchir un passage trés ardu si les racines disparaissent (5c). Remonter une trés belle dalle.Franchir une zone de bruyere pour accéder à une grotte. Par un crochet à droite gagner la dalle au dessus puis une fissure pour atteindre le relais sur l'éperon (R7)

Traverser à gauche pour passer au dessus (pas en dessous !) d'un bloc monstrueux en équilibre. Remonter l'éperon en franchissant un petit mur (5b,  attention une prise bouge, éviter de tirer dessus). Relais au sommet de l'éperon sur un point et un gros bloc (grande sangle) (R8), il reste alors quatre mètres pour atteindre le sommet.

 

Descente

La voie est équipée pour être descendue en rappel (départ premier rappel 10m à droite) mais il y a des risques de coincement  dans L7.
Le plus simple est de poser un rappel pour descendre au Pas du Pin (grosses difficultés pour le récupérer) puis de descendre sur l'autre versant le facile couloir ouest et ainsi de regagner le vallon qui ramène à la voiture (1h). Comme indiqué dans l'intro, on peut aussi prolonger la course ....
 

Ascension : ouverte du bas par  Xavier DOREL et Hervé RONDEAU, les 2 et 26 juillet 2006  (points fournis par l'ECI).
Le nom vient de la canicule qui régnait sur la région lors de l'ouverture.


Photos


Hervé dans L2
 

Le trés beau diédre de L3

Xavier dans la dalle de L6

D'autres photos dans le diaporama.